Imprimer cette page

Dossiers choisis

  • Commémoration de la rafle de l'université de Strasbourg

    vignette_dossier_choisi_1.jpg

     

    En novembre 1939, plus de 1 200 étudiants, ainsi que 150 professeurs et membres du corps administratif de l’Université de Strasbourg, fuient l’Alsace touchée par le conflit naissant avec l’Allemagne, pour venir s’installer dans les locaux universitaires de Clermont-Ferrand.

     

    Consulter : Commémoration de la rafle de l'université de Strasbourg

  • Mandrin en Auvergne

    Louis Mandrin (Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, 11 février 1725 - Valence, 26 mai 1755) est le fils de François-Antoine Mandrin, marchand de chevaux et de marguerite Veyron-Chulet. Il devient, à la mort de son père, en 1742, le chef de famille de neuf enfants. En 1748, il passe avec la ferme générale un contrat pour ravitailler l'armée de France en Italie mais il perd la plupart de ses bêtes lors de la traversée des Alpes et la ferme générale refuse de le payer.

     

    Consulter : Mandrin en Auvergne

  • La Bête du Gévaudan

    couv2_3.jpg

    En juin 1764, une femme est attaquée par une bête féroce près de Langogne dans le Gévaudan. Quelques semaines plus tard, la bête reparait et à partir de cette date jusqu'en 1767, les attaques se multiplient sur le territoire actuel des départements de la Lozère, de la Haute-Loire, du Cantal.

     

    Consulter : La Bête du Gévaudan

  • Correspondance de Jacques Bardoux

    Si la correspondance de Jacques Bardoux (1874-1959) nous a paru mériter la plus large diffusion, c'est en grande partie parce qu'elle fut, à côté des contacts directs et des entretiens tête à tête, l'un des instruments privilégiés de l'influence exercée dans la vie politique française, et européenne, par cet homme politique, qui n'exerça cependant que peu de responsabilités de premier plan...

     

    Consulter : Correspondance de Jacques Bardoux

  • Sceaux des évêques de Clermont

    frad063_3gps_00006_0005bis.jpg

    Les Archives départementales conservent dans leurs fonds anciens un grand nombre de pièces scellées. Les sceaux, empreinte imprimée sur une matière malléable, en général la cire ou le plomb, par une matrice, servent le plus souvent à identifier les actes sur lequel ils sont apposés. Du fait de la fragilité de la cire, il est nécessaire de prendre des précautions particulières afin d'assurer leur conservation. En effet, empreintes écrasées et illisibles, sceaux cassés, fendus, lacunaires voire complètement disparus ne sont pas rares.

     

    Consulter : Sceaux des évêques de Clermont

  • Procès-verbaux de visites pastorales (1614-1788)

    frad063_1g_01061_0001_1.jpg

    Les procès-verbaux des visites paroissiales effectuées périodiquement par les évêques ou leurs délégués sont une source irremplaçable de l’histoire des communautés d’habitants de la France d’Ancien Régime et de leur vie religieuse.

     

    Consulter : Procès-verbaux de visites pastorales (1614-1788)

Archives départementales du Puy-de-Dôme - 75, rue de Neyrat - 63100 Clermont-Ferrand
Tél. 33 (0)4 73 23 45 80 - Fax. 04 73 23 45 89
Un site internet du Conseil départemental du Puy-de-Dôme : www.puydedome.fr

Retrouvez-nous sur Facebook