Jean Lebon, enquête sur un jeune photographe de la Belle-Époque

   Découverte dans le grenier d’une scierie, la collection de 1300 clichés photographiques sur plaques de verre réalisés par Jean Lebon est entrée dans les collections de la Photothèque des Archives départementales en 2016. De son auteur, on ignorait à peu près tout, mais une enquête a permis de reconstituer son parcours. La dernière publication de la Photothèque lui est consacrée.


581 Fi 14 (jpg - 8854 Ko)

Jean Lebon vers 1910, autoportrait. 581 Fi 14.

Qui est Jean Lebon ? Ce photographe puydômois naît le 16 avril 1891 à Longechaud, village de la commune de Saint-Martin-des-Olmes, en Livradois. Promis, comme ses trois frères, à une carrière au sein de la scierie familiale, le jeune garçon montre pourtant très tôt son désintérêt pour ce métier. Par l’intermédiaire des enfants de la famille Boudier, voisins lyonnais en villégiature à Longechaud, Jean découvre la photographie, pratique alors très en vogue dans les milieux bourgeois. Contaminé par cette passion, il réalise ses premiers clichés vers l’âge de douze ans. Si, dans un premier temps, la photographie apparaît surtout comme un jeu innocent dans lequel Jean Lebon prend comme sujets sa famille et ses amis, la qualité de son travail ne tarde pourtant pas à s’améliorer et il montre vite un réel talent pour composer des cadrages originaux. Il semble que ce soit vers l’âge de dix-sept ans qu’il  envisage de faire de la photographie son métier. Vers 1910, il commence d’ailleurs à signer ses travaux. 



Bientôt, tous les métiers de la Belle Époque défilent devant son objectif : charpentiers, ébénistes, ferblantiers, femmes aux ateliers, bouchers, charcutiers, boulangers, coiffeurs, facteurs, etc. Jean ne dispose d’aucun studio et réalise ses photographies en extérieur, dans la rue, dans une cour, devant un portail, une vitrine de commerce ou de bistrot. 


581 Fi 116 (jpg - 1549 Ko)

Couple de charcutiers et son personnel posant devant la boutique vers 1910. 581 Fi 116.


581 Fi 15 (jpg - 9061 Ko)

Photo de famille dans une cour de ferme vers 1910. 581 Fi 15.


581 Fi 193 (jpg - 2077 Ko)

Deux jeunes femmes posant sur un vélo de course vers 1910. 581 Fi 93.

 

Son laboratoire de fortune a été installé dans un coin de la scierie et il utilise l’eau qui dévale de la montagne pour le traitement de ses plaques et de ses papiers photographiques. Malgré ces conditions rudimentaires, la collection révèle une production riche et homogène. Jean Lebon immortalise ainsi les jeux et les sports, les animations et les cérémonies organisées les jours de fête dans le canton d’Ambert. 

 

Sans doute en écho à la jeunesse du photographe, l’ensemble de sa production tend à montrer une humanité heureuse, ignorante de ce qui l’attend, bien que le poids du labeur et les difficultés de la vie transparaissent de manière allégorique dans ses clichés.

 

Le photographe fait preuve d’originalité dans le rapprochement des personnages ou en ayant recours à des poses inattendues. Ces particularités soulignent son talent et laissent augurer du travail qu’il aurait pu continuer à réaliser. Soldat depuis 1912 et envoyé au front en août 1914, Jean Lebon disparaît dans les premières semaines du conflit dans des circonstances inconnues. Il semble qu’il ait été tué dans une phase  de retraite dans une zone immédiatement occupée par l’ennemi qui s’est chargé de son inhumation. Restent de lui ses photographies, véritables instantanés d’une vie rurale disparue.  


 

 


581 Fi 1275 (png - 424 Ko)

Partie de saute-mouton, région d’Ambert, vers 1910. 581 Fi 1275.

 

 

 


 

 

 


 (jpg - 1857 Ko)

En vente au prix de 13 € en librairies et aux Archives départementales

75 rue de Neyrat

63100 CLERMONT-FERRAND

04 73 23 40 91       

phototheque@puy-de-dome.fr

Catalogue des publications




Retour haut de page