Le suffrage universel

305 Fi 22 (jpg - 5061 Ko)

Dessin de Chancel. La politique de l'Autruche. 1951. 305 Fi 22.


C'est en 1962, quelques mois après l'attentat du Petit-Clamart et profitant de l'émotion que l'évènement a pu susciter dans l'opinion, que le général De Gaulle décide de donner aux Français le choix de désigner directement leur Président. Jusqu'à cette date, le chef de l'État était élu par un collège de 82.000 Grands électeurs, constitué de membres du Parlement et d'élus locaux (conseillers généraux et municipaux).

Pour De Gaulle, il s'agit de renforcer la stature du Président en permettant ce rendez-vous important entre différentes personnalités et la Nation. "Sur ce sujet, qui touche tous les Français, par quelle voie convient-il que le pays exprime sa décision ? Je réponds : par la plus démocratique, la voie du référendum". Par cette phrase du 20 septembre 1962, De Gaulle lance son projet de réforme constitutionnelle. Le 28 octobre la consultation donne au Président une large victoire avec 62% de "oui".


1488 W 1 (jpg - 1039 Ko)

1488 W 1.

Les dispositions nouvelles, adoptées en 1962, sont appliquées pour la première fois aux élections présidentielles de 1965.

Dans une brochure intitulée "Petit Mémento d'histoire contemporaine" est mis en exergue, entre autres dispositions, le respect de l'expression démocratique directe. Cette publication éditée par le Comité pour l'Exercice de la Souveraineté Populaire par le suffrage Universel a été un soutien actif au Président sortant, c'est-à-dire le général De Gaulle.


L'année 1953 rappelle les difficultés qui se posèrent pour la désignation du Président René Coty. Sous la IVème République le Chef de l'Etat devait obtenir la majorité absolue des suffrages lors d'un vote du Parlement, c'est-à-dire le Conseil de la République et l'Assemblée Nationale, réuni en Congrès. Ce n'est pas moins de treize tours de scrutin qui furent nécessaires, ce que dénonce Chancel, dans le sous titre : "la Ronde" mais aussi en dessinant sur le visage du buste de Marianne un air plus que désabusé.

L'année 1965 est au contraire celle de l'expression populaire. L'ensemble de la Nation se présente devant Marianne, qui semble plus beaucoup plus sereine. Femmes et hommes réunis exercent alors leur droit de vote dans un même élan démocratique.


1400 W 6 (jpg - 767 Ko)

1400 W 6.

Assurer l'égalité entre les candidats aux yeux des citoyens

 

Pour exercer pleinement leur choix, les électeurs s'appuient sur les programmes et les professions de foi des candidats. Ceux-ci utilisent les différents médias pour faire connaître leur projet aux Français. Mais, la place prise par les médias audiovisuels dans les élections présidentielles oblige les autorités de contrôle à rappeler un certain nombre de règles. A chaque élection, les temps de paroles sont contrôlés ainsi que les différentes campagnes publicitaires afin d'assurer une parfaite équité. C'est ce que montre ce document datant d'avril 1981.

 

Au-delà du temps de parole (fixé ici à un peu plus d'une heure par candidat, ils sont alors dix à se présenter au premier tour), le communiqué de la Commission nationale de contrôle reprécise les règles concernant l'interdiction de toute publicité en faveur des candidats durant la campagne officielle. Cette période électorale débutant environ un mois avant la tenue du second tour (29 jours pour les élections de 1981).


Le suffrage universel : une expression citoyenne parfois revendicatrice voire cocasse

Les différents scrutins électoraux, et celui désignant le Président de la République en particulier, sont souvent l'occasion pour certains électeurs d'exprimer librement, sur leur bulletin de vote, leur vision de la politique. Cette forme d'expression directe a pour conséquence d'entraîner la nullité dudit bulletin. La sélection proposée ici, permet un regroupement en trois catégories principales :

- certains regrettent clairement que le vote "blanc" ne soit pas pris en compte dans les votes exprimés


2167 W 104 (jpg - 329 Ko)

2167 W 104.

2167 W 104 (jpg - 273 Ko)

2167 W 104.


- d'autres dénoncent le système, dans des termes parfois très durs, voire insultants ou pornographiques


2167 W 104 (jpg - 191 Ko)

2167 W 104.

2167 W 104 (jpg - 289 Ko)

2167 W 104.


- enfin, quelques-uns proposent même des candidats fantaisistes ou improbables


2167 W 5 (jpg - 148 Ko)

2167 W 5.

2167 W 6 (jpg - 167 Ko)

2167 W 6.

2167 W 7 (jpg - 165 Ko)

2167 W 7.


Ainsi avec la loi référendaire de novembre 1962, le général de Gaulle renforce la fonction présidentielle, qui dès 1958 était la "clef de voûte des institutions", selon le mot célèbre de Michel Debré.

L'élection présidentielle devient alors le moment clé de la vie politique nationale.

 

Ressource complémentaire :




Retour haut de page