Documentation hypothécaire numérisée

Imprimer cette page

Intendance d'Auvergne

Fermer le formulaire de recherche

Inventaire

-+
  • Monnaies, postes
    Dates extrêmes : 1655/1790

    • Postes
      Dates extrêmes : 1681/1790

      • Instructions, correspondance générale
        Dates extrêmes : 1681/1790

        • 1 C 5143     1681-1727 .
          Présentation du contenu :

          Déclaration du Roi, du 30 juin 1681, portant confirmation d'exemption de tailles aux maîtres des postes (sans nom d'impr., in-4°, 6 pages) ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 12 juillet 1681, portant défense aux collecteurs des tailles d'y imposer les maîtres des postes, qu'ils n'ayent auparavant présenté leur requête et les raisons pour lesquelles ils croiront y devoir taxer lesdits maîtres des postes (Paris, veuve Delatour, in-4°, 4 pages) ; - plainte de G. Filère, habitant de La Chapelle-Geneste contre R. Chaudon, commis à l'ordinaire de Brioude, 1690 ; - information au sujet d'un vol commis au préjudice du fermier des postes de la généralité d'Auvergne, 1690 ; - procès-verbal et interrogatoires au sujet d'une lettre de M. Boucher, intendant d'Auvergne, à M. de Torcy, qui a été décachetée à la poste le 12 juillet 1719 ; - lettre de M. Pajot d'Onsenbray, adressant à l'intendant, par ordre du duc d'Orléans, une ordonnance du Roi, du 24 juin 1723, qui permet aux maîtres de postes d'exiger 30 sols par cheval à commencer du 1er juillet de la présente année jusqu'au dernier juin 1724 ; - lettre du duc de Bourbon, du 21 décembre 1723, informant l'intendant que M. d'Onsenbray reste chargé des affaires relatives aux postes ; - lettre de M. Pajot d'Onsenbray, du 6 juin 1724, au sujet de l'ordre donné par l'intendant au sieur Dubreuil, directeur de la poste à Riom, de remettre au subdélégué certaines lettres adressées de Thiers à Toulon et celles qui pourraient venir de Toulon pour Thiers ; l'ordre d'ailleurs n'a pas été exécuté ; - ordonnance du Roi, du 27 juin 1724, qui proroge jusqu'au 1er janvier 1725 le prix à raison de 30 sols par cheval de brancard et de trait et autres voitures (placard, Paris, Louis-Denis Delatour et Pierre Simon) ; - ordonnance du Roi, du 25 octobre 1724, portant défense de courir la poste en berlines ni en chaises à deux personnes (Paris, Louis-Denis Delatour et Pierre Simon, in-4°, 3 pages) ; - lettre de M. Pajot d'Onsenbray, du 7 novembre 1724, au sujet de négligences dans le service de la malle ordinaire d'Auvergne qui va par les postes depuis les Echerolles jusqu'à Clermont ; - ordonnance du Roi, du 18 décembre 1724, qui fixe les chevaux de poste, de brancard et de trait à 25 sols par cheval, à commencer du 1er janvier 1725 jusqu'au 1er juillet suivant (Paris, Louis-Denis Delatour, in-4°, 3 pages) ; - ordonnance du Roi, du 17 juin 1725, qui fixe le prix qui sera payé pour les chevaux de poste servant aux chaises à deux personnes, aux chaises à une personne seule, aux berlines, aux courriers allant en guide et aux courriers du cabinet ; lettre de M. Dodun, du 15 mars 1726, rappelant à l'intendant que les maréchaussées ne doivent pas arrêter et fouiller en pleine campagne les courriers ordinaires portant ou conduisant les malles des lettres ; - lettre d'envoi d'une déclaration du Roi, 1726, qui défend aux courriers conduisant les malles de se charger dans leurs voyages d'aucunes espèces et matières d'or et d'argent, sous peine des galères ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 4 novembre 1727, concernant la franchise des ports de lettres (Paris, impr. royale, in-4°, 3 pages) ; lettre au sujet de cet arrêt du sieur Plombier, directeur des postes à Issoire.

          Dates extrêmes : 1681-1727
          Importance matérielle : 43 pièces, papier (10 impr.).

        • 1 C 5144     1730-1735 .
          Présentation du contenu :

          Arrêt du Conseil d'Etat, du 30 mai 1730, qui fait défense à tous messagers, muletiers, rouliers, voituriers, marchands et à toutes sortes de personnes de porter tant par eau que par terre aucunes lettres ni paquets de lettres (placard, sans nom d'impr.) ; - ordonnance du Roi, du 15 juin 1731, portant qu'à commencer de ce jour jusqu'au 1er juin 1732 les chevaux attelés aux chaises où il n'y aura qu'une personne seule, et les bidets seront payés à raison de 25 sols par cheval par poste, et que ceux des berlines et des chaises à deux personnes seront payés à raison de 40 sols par cheval par poste, non compris les guides des postillons (Paris, L.-D. Delatour, in-4°, 3 pages) ; - lettre de l'abbé de Chambonas, prévôt de Brioude, du 25 novembre 1731, priant l'intendant de retenir à la poste plusieurs lettres que M. de La Rocheaymon, comte de Brioude, dont l'esprit paraît affaibli, a écrites au pape, au roi, au cardinal de Fleury, etc. ; - lettres de M. de Vanolles, intendant de Moulins, décembre 1731, au sujet d'un accident arrivé à la malle d'Auvergne ; - ordonnance du Roi, du 9 juin 1732, portant que lorsqu'il y aura des postes vacantes dans les villes, bourgs et villages où il y en a d'établies et qu'il ne se proposera point de sujets pour les remonter, les communautés des lieux en feront le service (Paris, Louis-Denis Delatour, in-4°, 2 pages) ; - lettre de M. Pajot d'Onsenbray, du 16 août 1732, rappelant à l'intendant que la capitation des maîtres de poste a été fixée à la somme de 6 livres ; - ordonnance du Roi, du 28 juin 1733, qui fait défense à tous loueurs de chevaux , hôteliers et autres de fournir des chevaux pour aller en poste soit à cheval, en chaises ou autres équipages avec gens pour les guider (Paris, Louis-Denis Delatour, in-4°, 3 pages) ; - ordonnance du Roi, du 27 novembre 1733, qui enjoint à tous les maîtres de postes des grandes routes de réserver trois chevaux pour chaque courrier conduisant les malles ordinaires, et qui ordonne auxdits courriers d'aller à francs étriers (Paris, L.-D. Delatour, in-4°, 3 pages) ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 13 septembre 1735, qui ordonne que, lorsqu'il y aura des postes vacantes ou abandonnées et qu'il ne se présentera aucun sujet pour les remonter, le service sera fait par la communauté (Paris, Ph.-D. Pierre, in-4°, 3 pages) ; - le même, précédé des ordonnances de 1725, 1733 et 1735 (placard, Clermont-Ferrand, P. Boutaudon).

          Dates extrêmes : 1730-1735
          Importance matérielle : 24 pièces, papier (14 impr.), dont un placard conservé sous la cote 62 Fi 894.

        • 1 C 5145     1741-1759 .
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. Dufort, du 29 avril 1741, demandant l'avis de l'intendant sur le projet qu'on a formé de remplacer le privilège d'exemption de taille dont jouissent les maîtres de postes par une indemnité équivalente ; réponse de l'intendant ; - certificat de publication à Clermont d'une ordonnance du Roi portant qu'il ne sera plus payé que 25 sols par chaque cheval de trait attelé à une chaise à une seule personne, 20 sols par bidet et 30 sols par chaque cheval attelé aux berlines ou aux chaises à deux personnes ; - lettre de M. Girault de Mimorin, 1743, annonçant qu'il a fait un paquet exprès pour Fontainebleau des dépêches de l'intendance ; - plaintes de l'intendant au sujet du retard qu'éprouve trop souvent le courrier de Paris, 1746 ; feuille de départ de la malle d'Auvergne de Moulins à Clermont, indiquant les heures de passage à Saint-Pourçain, Gannat, Aigueperse, Riom et Clermont ; - correspondance de l'intendant avec MM. Lafont et Marnat au sujet des retards qu'éprouve le courrier des lettres qui part de Clermont pour Issoire les mercredis et samedis de chaque semaine, 1747 ; - lettre de M. de Bernage de Vaux, intendant de Moulins, du 29 décembre 1747, au sujet des plaintes que font les maîtres de poste de Saint-Pourçain et de Gannat à l'occasion de l'abandon de la poste d'Escolle par le nommé Mestraud ; - lettre de M. de Montmorency, 1750, demandant à l'intendant de faire passer une lettre au chevalier de Valady ; - lettres et mémoire de M. Geoffroy, 1751, sur le service de la poste entre Clermont et Brioude ; - lettre de M. de La Crène, 1753, au sujet d'une réclamation de M. de Ligondès relative au prix d'un cheval de poste ; - lettre de M. de Pagès de Vixouzes, subdélégué à Aurillac, du 2 décembre 1753, au sujet du service des postes dans l'élection ; - ordonnance du Roi, du 10 février 1754, portant qu'à commencer du 1er mars 1754 jusqu'au 30 août suivant il sera payé par toutes sortes de personnes, excepté les courriers du cabinet, 30 sols par poste pour chaque cheval de trait et 25 sols par poste pour chaque bidet ou cheval qui seront montés par les courriers (placard, Clermont-Ferrand, P. Boutaudon) ; - lettre de l'intendant, du 9 mars 1754, informant MM. de Montluc, de Mombriset, Jouzencie et Lafont de son désir que les lettres, qui lui viennent de la montagne par les courriers des lundis et vendredis de chaque semaine, arrivent à Clermont au plus tard à 5 heures du soir ; lettre à ce sujet du subdélégué de Brioude ; - ordonnance du Roi, du 23 avril 1754, qui renouvelle les règlements faits au sujet de la discipline des postes (placard, Clermont-Ferrand, P. Boutaudon) ; - lettre des fermiers généraux des postes, du 22 juillet 1754, rappelant à l'intendant qu'il doit remettre ses dépêches à 11heures à la poste de Clermont, s'il veut qu'elles partent dans la journée ; - lettre de M. d'Argenson, du 10 août 1754, demandant l'avis de l'intendant sur une requête des maîtres de poste dont l'objet est d'obtenir que tous les chevaux indistinctement soient payés 25 sols par chaque poste ; - lettre de M. d'Argenson, du 11 janvier 1756, informant l'intendant qu'il vient de nommer intendants généraux des postes, courriers et relais MM. Jannel et de Montregard, ci-devant contrôleurs généraux des postes ; - correspondance de l'intendant, de M. Thiroux de Montrigard et des subdélégués au sujet des retards qu'éprouve la poste d'Auvergne ; mémoire sur ce sujet, 1756 ; - ordonnance du Roi, du 28 novembre 1756, qui, à commencer du 1er janvier 1757, fixe à 25 sols par poste le prix de tous les chevaux de poste indistinctement (Paris, veuve Delatour, in-4°, 7 pages) ; - le même, en placard, suivi de l'ordonnance de l'intendant (Clermont-Ferrand, P. Boutaudon) ; - correspondance de MM. d'Argenson, de S. Florentin, de La Michodière, intendant d'Auvergne et Bertin, intendant de Lyon, au sujet de la poste de Lyon à Thiers, 1756-1757 ; - lettres de M. Rouillé, 1757-1758, demandant si les raisons qui ont donné lieu d'autoriser certains maîtres de poste à exiger le paiement d'un troisième cheval subsistent encore ; lettres des subdélégués à ce sujet ; réponse de l'intendant ; - lettre de M. Jannel, du 26 juin 1759, répondant à deux mémoires relatifs au service des postes ; - déclaration du Roi, du 8 juillet 1759, portant augmentation du tarif des ports de lettres (Clermont-Ferrand, L.-P. Boutaudon, in-4°, 32 pages).

          Dates extrêmes : 1741-1759
          Importance matérielle : 89 pièces, papier (9 impr.).

        • 1 C 5146     1759-1761 .
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. Pagès de Vixouzes, subdélégué à Aurillac, du 4 juin 1759, informant l'intendant que la déclaration du Roi du 17 avril, relative aux privilégiés, n'a pas inquiété les maîtres de poste et qu'ils continueront leur service comme par le passé ; - lettre de M. Bertin, du 9 juillet 1760, rappelant à l'intendant la lettre de M. de Silhouette, du 19 mai 1759, relative au service des postes, à laquelle il n'a pas encore été répondu ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec les subdélégués ; estimation en argent de ce que valent les privilèges dont jouissent les maîtres de poste ; réponse de l'intendant à M. Bertin ; - lettre du duc de Choiseul, du 10 décembre 1760, demandant à l'intendant de lui adresser un état des maîtres de poste de la généralité de Riom, contenant le nombre des postillons et des chevaux, les avantages et l'utilité de chaque poste, et l'évaluation en argent des privilèges dont jouit chacun des maîtres de poste ; - correspondance à ce sujet de l'intendant et des subdélégués ; état d'ensemble résumant les réponses de ces derniers.

          Dates extrêmes : 1759-1761
          Importance matérielle : 55 pièces, papier, partie en mauvais état.

        • 1 C 5147     1760-1767 .
          Présentation du contenu :

          Lettre du duc de Choiseul, du 31 août 1760, annonçant qu'il vient d'être appelé à la charge de grand maître et surintendant général des postes et relais de France, vacante par la démission de M. Rouillé ; - correspondance de MM. le duc de Choiseul, Jannel, Lafont, etc., et de l'intendant, 1761, au sujet de la malle des lettres de Saint-Flour, Brioude et Issoire à Clermont, qui a été perdue, et retrouvée aux Martres ; - lettre du duc de Choiseul, du 31 mai 1762, informé que dans quelques généralités la correspondance de l'extraordinaire des guerres, des maréchaussées, des vivres, des étapes, des hôpitaux, celle des receveurs des tailles et de plusieurs autres se fait sous le couvert des intendants, ce qui porte un préjudice énorme au produit de la ferme des postes ; il invite l'intendant à s'opposer à cet abus ; - lettre de M. Bertin, du 22 juillet 1762, annonçant que la correspondance nécessaire pour le service des ponts et chaussées entre les ingénieurs et les employés et entrepreneurs de chaque département continuera à se faire, comme par le passé, sous le couvert des intendants ; - lettre du duc de Choiseul, du 30 août 1762, invitant l'intendant à suspendre l'exécution des ordres contenus dans la lettre du 31 mai, jusqu'à ce que le Roi ait définitivement statué ; - plaintes relatives au service de Moulins à Clermont, 1761 à 1763 ; - lettre de M. Jannel, 1764, au sujet de l'augmentation d'une demie poste accordée l'année précédente sur la distance entre Riom et Clermont ; - correspondance de MM. de Choiseul et Jannel, 1765, au sujet de la franchise des lettres et du contreseing de l'intendant ; - copie d'une lettre des fermiers des postes, du 2 juillet 1765, invitant le sieur Geoffroy, directeur de la poste à Clermont, à taxer à 4 sols toutes les lettres qui partent de cette ville pour Bort, Mauriac, Aurillac et Billom ; lettre à ce sujet de l'intendant au duc de Choiseul ; - lettres du duc de Choiseul et de M. Jannel, 1766, annonçant qu'il est accordé une augmentation d'une demie poste entre Clermont et Pont-du-Château ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 25 juillet 1766, qui casse et annule l'arrêt de la cour des aides de la ville de Clermont-Ferrand et fait défense aux messagers particuliers des villes d'Ambert, Aurillac, Mauriac, Billom et autres de se charger de lettres et paquets à peine de 1 500 livres d'amende et confiscation des marchandises (placard, Clermont-Ferrand, P. Viallanes) ; - requête des maire, échevins et habitants de la ville d'Ambert, au sujet du projet d'établissement d'une messagerie royale dans cette ville ; requêtes analogues des villes d'Aurillac, de Billom, de Mauriac ; - mémoire de MM. Dorinière et de Vigier, receveurs des tailles d'Aurillac, Saint-Flour et Mauriac au sujet du remplacement des messagers par un service de postes ; - lettre de l'intendant au contrôleur général, avril 1766, au sujet du nouvel établissement que se proposent les fermiers des postes ; - lettre des fermiers des postes regrettant que l'on ait eu à se plaindre du sieur Jèze ; réponse de M. de Choiseul à M. de Ballainvilliers, 12 mai 1766 ; - lettres des fermiers des postes, du 7 juillet 1766, au sujet de plaintes des habitants d'Issoire, Brioude et Saint-Flour, sur le retard que souffrait leur correspondance ; - lettre du duc de Choiseul, du 7 décembre 1766, au sujet des plaintes des fermiers des postes qui représentent que le nouveau service leur coûte 3 000 livres par an, et que les anciens messagers leur en ôtent tout le profit en continuant à porter les lettres ; - mémoire sur les inconvénients qui résultent de la substitution des messagers de la poste à ceux qui étaient établis en Auvergne aux gages des communautés ; - mémoire (sans date, mais corrigé de la main de M. de Ballainvilliers) sur le service des postes en Auvergne ; - tableau imprimé des courriers de la poste au départ de Clermont ; - plaintes de M. Pagès de Vixouzes, subdélégué à Aurillac, janvier 1767, sur la manière dont est fait le service de la poste ; - état des maîtres de postes de la généralité de Riom qui ont fait des pertes en grains et en fourrages ; lettre de M. de Choiseul, 27 mars 1767, consultant l'intendant sur les indemnités à accorder ; - contestation entre le fermier des postes et le messager d'Arlanc, sur lequel le contrôleur au bureau de Clermont a fait saisir, le 30 avril 1767, dix-huit lettres missives, un cheval et deux caisses.

          Dates extrêmes : 1760-1767
          Importance matérielle : 85 pièces, papier (2 impr.), dont un placard conservé sous la cote 62 Fi 899.

        • 1 C 5148     1769-1779 .
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. Jannel, du 2 juin 1769, informant l'intendant que le sieur Geoffroy, contrôleur provincial des postes, ayant visité le courrier qui arrivait à Clermont, trouva sur lui des paquets à l'adresse du premier secrétaire de l'intendance que ce courrier devait lui remettre sans les faire passer par le bureau de la poste, ce qui est contre toutes les règles ; - poursuites faites à la requête du sieur Albarède, contrôleur des postes, contre un messager d'Aurillac, qu'il accuse d'avoir porté des lettres, 1769 ; - correspondance et procès-verbaux relatifs à diverses contraventions aux règlements sur les postes, 1769-1772 ; - lettre d'envoi d'un arrêt du conseil, du 15 janvier 1771, sur le contreseing et la franchise du port des lettres ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 20 avril 1771, qui fixe à 20 000 livres une fois payées et à 4 000 livres par an le droit du marc d'or dû par les employés des postes, et dispense de faire visiter les commissions (L.-F. Delatour, in-4°, 3 pages) ; - correspondance de l'intendant avec M. Rigoley d'Ogny, 1772, au sujet de l'heure tardive à laquelle les courriers venant de Moulins arrivent à Clermont ; - lettre de M. d'Ogny, du 2 janvier 1773, adressant à l'intendant un exemplaire du nouveau livre des postes contenant tous les changements ordonnés pour cette partie de l'administration dans le cours de l'année précédente ; même envoi pour les années 1775 et suivantes ; - lettre de Turgot, du 16 août 1775, annonçant à l'intendant que le Roi a réuni au contrôle général des finances la surintendance des postes ; - correspondance de M. d'Ogny avec l'intendant et M. Mauricet, 1777, au sujet de la distance entre Peubru et Noirétable, le conseil des postes ayant l'intention de former sur cette route un établissement pareil à celui à établir entre Lyon et Clermont ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 30 décembre 1777, concernant la franchise et le contreseing des lettres (Paris, impr. royale, in-4°, 8 pages) ; l'intendant adresse en conséquence à M. Geoffroy, directeur de la poste à Clermont, une feuille contenant les noms des personnes chargées du cachet de l'intendant pour le contreseing de son nom ; - lettres de M. Rigoley d'Ogny, 1778, annonçant que le Roi autorise les intendants à aider de leur couvert la correspondance des directeurs des fortifications et de l'artillerie, ainsi que des directeurs de la régie générale établis dans les chefs-lieux des généralités ; - correspondance de M. Rigoley d'Ogny et des intendants de Riom et de Moulins, 1778, au sujet de l'établissement de postes sur la route de Brioude au Puy, demandé par le comte de Montboissier, commandant de la province d'Auvergne ; - ordonnance du Roi, du 26 août 1779, en faveur des maîtres de postes aux chevaux et de la ferme des messageries contre les entreprises des loueurs de chevaux (Paris, impr. royale, in-4°, 3 pages).

          Dates extrêmes : 1769-1779
          Importance matérielle : 89 pièces, papier (4 impr.).

        • 1 C 5149     1780-1786 .
          Présentation du contenu :

          Accusés de réception de la liste des postes, 1780, 1781 et années suivantes ; - plainte du comte de Fontenay, capitaine au régiment de Custine-dragons, contre le maître de poste de Château, 1780 ; - lettre de M. Rigoley d'Ogny, du 4 décembre 1780, informant l'intendant que l'administration des postes ne pourra sans doute pas accorder les mesures qui lui sont demandées pour la correspondance entre l'Auvergne et le Velay ; - lettre de M. d'Ogny, du 13 juillet 1781, au sujet d'un mémoire adressé au Conseil par lequel l'évêque de Mende et le syndic des états du Gévaudan demandent qu'on forme des établissements de postes sur la route de Saint-Flour à Mende ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec M. de Montluc, subdélégué à Saint-Flour ; - correspondance de l'intendant avec MM. d'Ogny et Pitot, 1781, au sujet de la demie poste d'augmentation que demandent les maîtres de poste de Laubinet et de Saint-Flour ; toisé de la distance entre les deux stations ; - lettre d'envoi d'un arrêt du Conseil, du 9 août 1781, par lequel il est ordonné que les marchandises qui jouissent d'une exemption ou modération de droits par la faveur du transit soient remises à la régie des messageries pour être transportées depuis l'entrée jusqu'à la sortie du royaume ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 28 avril 1782, qui fixe le nombre de chevaux que chaque postillon de la poste pourra conduire tant à l'abreuvoir qu'en revenant de course (Ph. D. Pierres, in-4°, 3 pages) ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 20 octobre 1782, concernant le service des diligences des messageries par les maîtres des postes (Paris, impr. royale, in-4°, 4 pages) ; - ordonnance du Roi, du 19 septembre 1784, portant qu'à commencer du 1er octobre prochain il sera payé par toutes sortes de personnes, excepté les courriers du cabinet, 30 sols par poste pour chaque cheval (Paris, Ph. D. Pierres, in-4°, 3 pages) ; - lettre de M. Rigoley d'Ogny, du 4 mars 1785, informant l'intendant que la communication du Pont de Lempdes à Loubinet sera bientôt praticable, il l'invite à lui envoyer le toisé de Loubinet à La Chapelle-Laurent, celui de La Chapelle à Brioude, et aussi celui d'Egliseneuve à Brioude et de Loubinet à Egliseneuve ; lettre de M. Gueyffier au sujet de la difficulté de trouver un maître de poste pour Egliseneuve ; - lettre de M. d'Ogny, du 28 juillet 1785, invitant l'intendant à lui adresser les toisés de Lespinasse à Fix et à Brioude, et à lui dire s'il ne voit pas d'inconvénient à ce que le maître de poste de Cheygros s'établisse à Lespinasse ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec M. Gueyffier ; - ordonnance du Roi, du 1er juin 1785, qui proroge jusqu'au 1er octobre 1786 l'exécution de son ordonnance, du 19 septembre 1784, qui fixe le prix des chevaux des postes à 30 sols (placard, Clermont-Ferrand, A. Delcros) ; - édit du Roi, décembre 1785, portant création des offices de directeur général des haras, des postes aux chevaux, relais et messageries, d'intendant des postes aux chevaux, relais et messageries, et attribution des fonctions, droits et gages qui y sont attachés (Paris, impr. royale, in-4°, 6 pages) ; - lettre du duc de Polignac, du 31 décembre 1785, annonçant qu'il a été chargé par le Roi de la direction générale du service de la poste aux chevaux ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec ses subdélégués ; lettre de l'intendant au duc de Polignac, du 12 avril 1786 : il n'y a pas lieu d'accorder de secours aux maîtres de poste ; - ordonnance du duc de Polignac, du 3 avril 1786, concernant la police intérieure et le service des postes aux chevaux (Ph. D. Pierres, in-4°, 4 pages) ; lettre d'envoi ; accusés de réception ; - plaintes du cardinal de Rohan contre les maîtres de poste de Lespinasse et de Fix qui rançonnent les voyageurs ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec M. Gueyffier ; lettre du duc de Polignac, du 5 août 1786, répondant que les prétentions des maîtres de poste en question ne lui ont pas paru exagérées ; - ordonnance du Roi, du 30 juillet 1786, pour proroger jusqu'au 1er janvier 1788 l'exécution de ses ordonnances qui fixent le prix des chevaux de postes à 30 sols (Paris, Ph. D. Pierres, in-4°, 3 pages) ; - la même, en placard (Clermont-Ferrand, A. Delcros) ; - ordonnance du Roi, du 17 août 1786, concernant l'uniforme des visiteurs généraux, visiteurs ordinaires, sous-visiteurs, maîtres de postes et postillons (Paris, Ph. D. Pierres, in-4°, 4 pages) ; - la même, en placard (Clermont-Ferrand, A. Delcros).

          Dates extrêmes : 1780-1786
          Importance matérielle : 107 pièces, papier (13 impr.).

        • 1 C 5150     1786-1789 .
          Présentation du contenu :

          Correspondance du duc de Polignac, de l'intendant, de MM. Rigoley d'Ogny, de Veimeranges, Gueyffier, etc., au sujet du service des postes de Clermont au Puy et à Saint-Flour, et de la difficulté de trouver des sujets pour remonter les postes de Brioude et de Lempdes ; toisé de la route de Brioude à Saint-Flour par la Chapelle-Laurent et Loubinet, 1786-1787 ; - lettre d'envoi d'un exemplaire de la liste des postes pour 1787 ; - lettre du duc de Polignac, du 10 mars 1787, relative à l'exemption de taille attribuée aux maîtres de poste ; - lettre de M. d'Ogny, du 15 août 1787, annonçant que le roi a ordonné la réunion de l'administration de la poste aux chevaux à celle des lettres et demandant à nouveau la protection de l'intendant pour les maîtres de poste ; - lettres de M. Dubois de Fosseux, secrétaire perpétuel de l'académie des belles-lettres d'Arras, demandant à l'intendant d'Auvergne de vouloir bien continuer à faire passer sous son couvert la correspondance de l'académie, 1787 ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 12 août 1787, concernant les contreseings et franchise des lettres (Paris, impr. royale, in-4°, 6 pages) ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec ses subdélégués et avec ceux qui doivent jouir de la franchise ; - lettre de M. d'Ogny, du 8 novembre 1787, informant l'intendant qu'on renonce à exiger l'observation stricte de l'article 2 de l'arrêt du 12 août, l'intendant pourra faire contre-signer par un secrétaire les lettres d'une once et au-dessous ; - lettre du sieur Meyssonnier, contrôleur des postes, du 10 novembre 1787, priant M. Lafont de Saint-Mart de faire remettre les dépêches de l'intendance un peu avant midi ; - lettre de M. d'Ogny, du 12 juin 1788, informant l'intendant que le Roi accorde aux assemblées provinciales la facilité de faire passer en franchise par la voie des intendants tous les imprimés en lettres, instructions et avis qu'elles enverront et recevront ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 2 août 1788, concernant la franchise pour la correspondance militaire (Paris, Ph. D. Pierres, in-4°, 7 pages) ; - lettre de M. d'Ogny, du 3 janvier 1789, adressant à l'intendant l'état général des postes.

          Dates extrêmes : 1786-1789
          Importance matérielle : 74 pièces, papier (2 impr.).

        • 1 C 5151     V. 1780-1790.
          Présentation du contenu :

          Requête adressée à l'intendant par plusieurs banquiers, commissaires et négociants de la ville de Thiers lui recommandant le projet du sieur Currat pour l'établissement d'une malle à Lyon à Bordeaux. Carte de la route de Lyon à Bordeaux.

          Dates extrêmes : [1780]-[1790]
          Importance matérielle : 1 pièce, papier.

        • 1 C 5170     Bureau de correspondance.
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. de Sartines, du 14 juin 1767, adressant à l'intendant un arrêt du Conseil, du 12 décembre 1766, qui accorde à une compagnie, sous le nom du sieur Jouve, le privilège d'un bureau public de correspondance générale et qui l'autorise à établir des correspondants dans tout le royaume ; l'intendant est prié d'indiquer, dans les villes dont on lui envoie la liste, des sujets convenables pour devenir les correspondants du bureau en question ; - correspondance à ce sujet de l'intendant avec ses subdélégués.

          Dates extrêmes : 1767
          Importance matérielle : 22 pièces, papier.

        • 1 C 7671     Supplément.
          Présentation du contenu :

          1. Lettre du subdélégué de Riom informant l'intendant qu'une chaise de poste et une berline, chargées d'espèces d'or et d'argent, et accompagnées d'hommes à cheval, au nombre de 12 à 13 et qui paraissaient gens de condition, ont passé à Aigueperse, se dirigeant vers Clermont, 1743, cachet aux armes. - 2. Lettre de M. de Conroz demandant pour le sieur Gautier, ci-devant messager de Brive, l'emploi de celui d'Aurillac, qui vient de mourir, 1747. - 3-7. Lettres du maréchal de Maillebois annonçant qu'il espère avoir le plaisir de voir M. Rossignol, il viendrait avec la maréchale et pour 24 heures au moins, il demande qu'on veuille bien avertir les maîtres de poste de Brioude à Clermont de vouloir bien tenir des chevaux prêts, novembre 1749 ; lettres à ce sujet des subdélégués de Lempde, de Bort et de Brioude. - 8. Lettre de M. Mignot relative à la saisie d'une chaise appartenant à un voiturier, ladite chaise saisie à la requête du sieur Blanchard, directeur des messageries et coches d'Auvergne, 1756. - 9. M. Martin, hôte à Tauves, réclame le paiement de ce que lui doit l'un des messagers d'Aurillac, 1758, cachet. - 10-14. Arrêt du Conseil d'Etat portant homologation du sous-bail passé par Théodore-Joseph Ducessois, au profit de J.-B. Fanuel, du privilège non exclusif du courtage du roulage et du privilège exclusif d'entrepôt, 1783 (Paris, impr. royale, in-4°, 6 pages) ; lettre de MM. Delacanche et Amavel demandant la protection de l'intendant pour leur établissement, 1784 ; lettre d'envoi de l'arrêt ; réponses de l'intendant. - 15. PLaintes du sieur Dethaix et de sa femme, facteurs de la poste de Clermont, contre le sieur Geoffroy, directeur, qui les a révoqués, s.d.

          Dates extrêmes : 1743-1784
          Importance matérielle : 15 pièces, papier (1 impr.).