Documentation hypothécaire numérisée

Imprimer cette page

Intendance d'Auvergne

Fermer le formulaire de recherche

Inventaire

-+
  • Police
    Dates extrêmes : 1671/1790

    • Maintien de l'ordre
      Dates extrêmes : 1671/1790

      • Louveterie
        Dates extrêmes : 1742/1788

        • 1 C 1729     1742-1751 .
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. de Vigier, du 11 septembre 1742, informant l'intendant des ravages que font dans la subdélégation de Mauriac des loups ; l'intendant annonce qu'il accordera double prime ; - lettre de M. de Saint-Contest de la Châtaigneraye à M. Rossignol, datée de Paris le 26 mars 1744, au sujet d'un loup qui ravageait le bas Limousin et dont il venait d'envoyer la peau au contrôleur général ; lettre à ce sujet de M. Roussille ; - ordonnance du grand Louvetier de France et de son lieutenant en l'élection de Riom, prescrivant une battue dans la paroisse de Dorat, 1745 ; - lettre de M. de Sauvagnat, 1749, demandant l'autorisation de faire faire une battue dans la paroisse de Sauvagnat ; - lettre de M. de Tournemire, se plaignant des ravages que font les chiens enragés dans la subdélégation de Mauriac ; ordonnance de l'intendant, mai 1750, enjoignant aux particuliers de faire abattre leurs chiens lorsqu'ils sont atteints de rage ou soupçonnés d'avoir été mordus par des chiens enragés.

          Dates extrêmes : 1742-1751
          Importance matérielle : 8 pièces, papier.

        • 1 C 1730     1764-1768 .
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. de Ballainvilliers, intendant d'Auvergne, du 26 janvier 1764, informant le contrôleur général qu'une louve a mordu quarante-trois personnes dans les environs de Thiers et dans les villages de Paslières et de Dorat ; M. de L'Averdy lui adresse l'avis de M. le premier médecin sur les remèdes à employer ; - lettre de M. Mignot, subdélégué à Thiers, annonçant qu'Antoine Bechon, octogénaire, mordu le 17 janvier, est mort le 20 février suivant, présentant tous les symptômes de la rage ; - lettre du même, du 8 mars, annonçant la mort d'une jeune femme de 26 ans ; état des personnes qui ont été mordues ; - M. de L'Averdy approuve les mesures prises et consent qu'on paie la dépense sur les excédents de la capitation ; - lettre de M. Mignot, annonçant la mort d'un enfant de 8 ans le 25 mars ; une jeune femme meurt quelque temps après ; - lettre de M. Mignot, du 12 avril, au sujet de la frayeur que ces deux morts ont causée parmi les autres malades ; - lettre du même, adressant l'état que lui a remis le curé de Thiers des dépenses faites depuis le 5 mars jusqu'au 8 mai que l'établissement a cessé, elle se monte à 600 livres, cinq personnes sur quatorze sont décédées ; - mémoire rédigé par Courby l'aîné, Constant, Mallet et Borde, chirurgiens, sur l'origine et la marche de la maladie ; - consultation de M. Senac recommandant "la poudre de palmarius, le lichen cinereus, le turbith minéral, mais surtout les frictions mercurielles" ; - pièces de dépenses ; état des remèdes fournis ; requêtes des chirurgiens demandant à être payés de leurs débours et honoraires ; ordonnance de l'intendant, en 1768.

          Dates extrêmes : 1764-1768
          Importance matérielle : 39 pièces, papier.

        • 1 C 1731     1764-1768 .
          Présentation du contenu :

          Relation de la poursuite d'un loup par les habitants de Vernines, le 19 novembre 1764 ; l'intendant fait doubler la gratification ordinaire ; - lettre de M. de Moncan, commandant de la province de Languedoc, du 25 novembre 1764, informant l'intendant d'Auvergne que la bête féroce qui rôde depuis environ quatre mois dans le Vivarais et le Gévaudan, est actuellement dans les bois aux environs de Saint-Chély à trois lieues de l'Auvergne ; - lettre de M. Duhamel ; - lettre des consuls de Saint-Flour, du 23 décembre, annonçant que la bête a dévoré aux environs de Sistrières une fille âgée de 45 ans ; - lettre de M. Duhamel, du 24 décembre, annonçant qu'il a trouvé la bête dans les forêts de La Baume, mais qu'il l'a manquée par la maladresse de ses dragons ; - M. de Montluc fait observer qu'il faudrait commander pour les battues toutes les paroisses qui bordent la Margeride, au nombre de 16 ; - lettre de M. de Ballainvilliers informant le contrôleur général et M. de Saint-Florentin des mesures prises par M. Duhamel ; - lettre des consuls de Saint-Flour, du 2 janvier 1765, annonçant qu'on a revu la bête, mais qu'elle n'a pas fait de nouvelles victimes ; - lettre de M. de Vigier, du 14 janvier 1765, annonçant que la bête féroce ou du moins son semblable vient de paraître aux environs de Durfort et de Sourssac en Limousin, où elle a dévoré un enfant ; le 13 janvier, elle attaque un paysan à une demi-heure de Mauriac ; - lettre de M. de Vixouzes rappelant qu'on a vu un animal semblable dans les environs d'Aurillac il y a 18 ans ; - lettre de M. Duhamel, datée de Saint-Chély le 25 janvier 1765, adressant à l'intendant la description de la bête féroce ; - lettre du même, du 25 janvier, se plaignant qu'on ne l'ait pas averti du retour de la bête, il annonce son départ pour Saint-Chély ; - correspondance de l'intendant avec ses subdélégués leur adressant une affiche qui devra être distribuée dans les paroisses pour être lue au prône ; - ordonnance de M. de Ballainvilliers (placard, Boutaudon).

          Dates extrêmes : 1764-1768
          Importance matérielle : 48 pièces, papier ; 1 placard conservé sous la cote 62 Fi 359.

        • 1 C 1732     1765 , janvier-avril : traque de la "bête du Gévaudan".
          79 vues  - 1765 , janvier-avril : traque de la 'bête du Gévaudan'.- Ouvre la visionneuse
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. de Montluc, du 30 janvier 1765, annonçant que la bête a reparu du côté de Saint-Chély et qu'on a décidé une battue générale pour le 7 février ; lettre circulaire imprimée adressée dans les paroisses pour annoncer et organiser la battue ; - lettre de M. Marie, du 9 février 1765, annonçant que 7 paroisses de sa subdélégation sont parties le 7 au matin ainsi qu'il avait été ordonné et qu'elles marcheront jusqu'à la rencontre de celles de Saint-Flour ; - lettre de M. de Montluc, du même jour, annonçant que la chasse n'a pas réussi ; - lettre du même, du 13 février 1765, annonçant que la bête fut lancée le 7, jour de la chasse, à deux lieues de Saint-Chély ; on a vu une autre bête du côté de Saint-Poncy ; - ordonnance de l'intendant, du 13 février, prescrivant une nouvelle battue ; - lettre de M. d'Enneval, gentilhomme de la province de Normandie, envoyé par le roi pour diriger la chasse, datée de Massiac le 21 février 1765 ; - lettre du même, du 4 mars ; - lettre de M. Marie, du 4 mars, rapportant que M. de Verny de la Vedrine, gentilhomme verrier, résidant dans la paroisse de Nozerolles, a déclaré avoir vu passer la bête devant sa verrerie le 12 février dernier ; il prétend lui avoir cassé une patte d'un coup de fusil ; - lettre de M. d'Enneval, du 9 mars, annonçant qu'il attend toujours ses chiens ; - correspondance de l'intendant avec M. de L'Averdy ; - lettre de l'abbé du Rochain, comte de Brioude, annonçant que la bête vient d'attaquer une fille de 25 ans auprès de Ligonès ; - lettre de M. Hébert, datée de Verrières le 22 mars ; il a appris par les gazettes les ravages que fait "la hiène" qui est dans la province ; il conseille une ruse qu'il a vu réussir contre un fort loup-cervier ; - lettre de M. d'Enneval, datée de Saint-Alban le 17 avril 1765 ; - lettre de M. de Montluc, du 24 avril, annonçant que son beau-frère a été rejoindre M. d'Enneval, et proposant de faire distribuer quelques armes à feu dans les villages ; - lettre de M. d'Enneval, datée du Malzieu le 31 avril 1765, informant l'intendant que dans une battue de douze paroisses la bête fut surprise, mais put s'échapper ; dans une seconde battue, on tua une petite louve pesant 40 et quelques livres.

          Dates extrêmes : 1765
          Importance matérielle : 6 pièces, papier.

        • 1 C 1733     1765 , mai-juin : traque de la "bête du Gévaudan".
          68 vues  - 1765 , mai-juin : traque de la 'bête du Gévaudan'.- Ouvre la visionneuse
          Présentation du contenu :

          Lettres du chevalier de Montluc et de M. d'Enneval fils, datées de Saint-Alban le 3 mai 1765 : la bête a été tirée et blessée par MM. De Marlet, seigneurs de la Chalmette ; - lettre de M. de Verny de La Vedrine, du 8 mai, sur les ravages de la bête dans les paroisses de Nozerolles et d'Auvers ; - lettre de M. Hébert, datée de Verrières près de Sceaux le 14 mai 1765, indiquant un nouveau stratagème si le premier n'a pas réussi ; - lettre de M. Marie, du 15 mai, annonçant que la bête a attaqué quatre petits garçons du village d'Auverts, paroisse de Nozerolles ; il la mirent en fuite ; - correspondance de l'intendant avec M. de Saint-Florentin et le contrôleur général ; - lettre de M. d'Enneval, du 23 mai, annonçant qu'il y a eu encore une femme dévorée dans la paroisse de Venteuge ; - lettre de M. de Verny de la Védrine, demandant l'autorisation de faire une battue dans son canton avec quelques bons tireurs ; - lettre de M. d'Enneval, juin 1765, au sujet des nouvelles victimes et donnant le détail d'une nouvelle battue ; la bête s'est réfugiée dans les bois de Lorcières ; - lettre de M. de Ballainvilliers, du 24 juin, adressant à M. de Montluc des piques qu'il fera distribuer aux paysans des villages où la bête paraît plus fréquemment.

          Dates extrêmes : 1765
          Importance matérielle : 40 pièces, papier.

        • 1 C 1734     1765 , juin-juillet : traque de la "bête du Gévaudan".
          93 vues  - 1765 , juin-juillet : traque de la 'bête du Gévaudan'.- Ouvre la visionneuse
          Présentation du contenu :

          Lettres de M. de Saint-Florentin, des 8 et 14 juin 1765, annonçant que Sa Majesté a pris le parti d'envoyer le sieur Antoine, son porte-arquebuse avec six autres tireurs habiles et de bons chiens ; - lettre de M. Polluche-Lumina, datée d'Orléans le 17 juin 1765 ; - note des objets que demande M. Antoine ; ordres donnés en conséquence ; - lettre de M. d'Enneval, du 21 juin, annonçant qu'il attendra M. Antoine au Malzieu ; - lettre de M. de Montluc, du 22 juin, adressant à l'intendant la peinture de la bête du Gévaudan ; - dessin à la plume rehaussé de couleurs, représentant la bête déchirant un enfant ; au bas : "A Mende chez Abraham Fontanel" ; - lettre de M. Antoine, du 24 juin 1765, annonçant son arrivée à Saugues ; - lettre de M. d'Enneval au sujet des nouveaux ravages de la bête ; lettre de M. Lafont sur le même sujet, datée de Saugues ; - lettre de M. d'Enneval, annonçant une nouvelle attaque contre le cheval du courrier entre Serverette et Saint-Amans ; - lettres de M. Antoine, juillet 1765, exposant les précautions qu'il a prises ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec le contrôleur général, M. de Saint-Florentin, M. de Montluc, M. Lafont, subdélégué à Mende ; - ordonnance de M. de Saint-Priest, intendant de Languedoc, datée de Montpellier le 6 juillet 1765, donnant des ordres pour les fournitures à faire à M. Antoine (placard, Mende, veuve de François Bergeron) ; - ordonnance de M. de Ballainvilliers conçue dans le même sens ; - instruction pour les battues par M. Antoine, en vertu des ordres de M. le comte de Moncan (placard, Mende, veuve François Bergeron) ; - lettre de M. Antoine, du 18 juillet, annonçant le départ de MM. D'Enneval ; - lettre de M. Antoine, du 24 juillet 1765, annonçant que la veille un enfant de neuf ans a été dévoré dans la paroisse de Nozerolles.

          Dates extrêmes : 1765
          Importance matérielle : 56 pièces, papier ; 1 dessin conservé sous la cote 22 Fi 118 ; 2 placards conservés sous les cotes 62 Fi 360-361.

        • 1 C 1735     1765 , juillet : traque de la "bête du Gévaudan".
          23 vues  - 1765 , juillet : traque de la 'bête du Gévaudan'.- Ouvre la visionneuse
          Présentation du contenu :

          Correspondance de MM. D'Ormesson, de Ballainvilliers, Lafont, au sujet des dépenses que devra faire M. Antoine ; - lettre de ce dernier, du 27 juillet, adressant à l'intendant copie d'un mémoire qu'il envoie au comte de Saint-Florentin pour engager ce ministre à solliciter du roi les secours nécessaires ; - observations présentées à M. de Saint-Florentin, ministre et secrétaire d'Etat, ainsi qu'aux commandants et intendants de Languedoc et d'Auvergne par le sieur Antoine, lieutenant des chasses du Roi ; - lettre de M. Antoine, du 29 juillet, se plaignant qu'on ne l'avertisse pas de suite des passages de la bête.

          Dates extrêmes : 1765
          Importance matérielle : 8 pièces, papier.

        • 1 C 1736     1765 , août-décembre : traque de la "bête du Gévaudan".
          99 vues  - 1765 , août-décembre : traque de la 'bête du Gévaudan'.- Ouvre la visionneuse
          Présentation du contenu :

          Correspondance de l'intendant, de MM. De L'Averdy, Lafont, etc. Au sujet des secours demandés par M. Antoine ; - procès-verbal dressé par ce dernier de la lutte entre la bête et une jeune fille de Paulhac, Marie-Jeanne Vallet, servante de Bertrand Dumont, curé de la paroisse ; lettre de M. Antoine, envoyant le procès-verbal ci-dessus, le 13 août 1765 ; - lettre du sieur Regnault, adressant de Saint-Germain-en-Laye une caisse remplie de pièges à loups et les hardes et bagages des gardes des Plaisirs du roi ; - lettre de M. Antoine, datée du Besset le 21 août 1765, annonçant que les battues se font mieux grâce à l'aide des cavaliers de maréchaussée ; - procès-verbal dressé par M. Antoine et ses compagnons de la découverte d'une fille de 12 ans, enlevée par la bête au village de la Vachalerie, paroisse de Paulhac et transportée dans le bois d'Almand, le 9 septembre 1765 ; - autre procès-verbal par le même, du 12 septembre, de l'attaque du nommé Gouny, muletier, par la bête sur la route de Saint-Flour à Paulhac ; - autre procès-verbal du même, du 13 septembre, contenant les déclarations faites par deux jeunes garçons de la paroisse de Teissèdre qui ont été attaqués par la bête et ont pu la mettre en fuite ; - procès-verbal du 14 septembre : une petite fille a été emportée au hameau de Pepinet, paroisse de Ventuéjols ; - lettre de M. Antoine, du 17 septembre, annonçant qu'il a renoncé aux battues ; - procès-verbal dressé par M. Antoine et ses compagnons de la chasse qu'ils ont faite le 19 septembre 1765, dans les bois de l'abbaye des Chazes ; - lettre de M. Antoine, du 23 septembre, priant l'intendant de faire peindre la bête telle qu'elle est ; - réponse de l'intendant, annonçant qu'il fait peindre l'animal et qu'il le fera embaumer ; M. de Ballainvilliers remarque que plusieurs des caractères que présente l'animal sont propres à l'hyène d'après M. de Buffon ; - lettre du même, du 28 septembre, annonçant qu'il poursuit la veuve et les enfants du grand loup qu'il vient de tuer ; correspondance à ce sujet de l'intendant avec MM. Bertin, de Maupeou, de Saint-Florentin ; procès-verbal de la préparation pour conserver le loup en question que l'on envoie à la Cour, par M. Jaladon, chirurgien à Clermont ; - lettre de M. Antoine, datée du Besset le 5 octobre 1765, annonçant qu'il continue à suivre la louve et les louveteaux dans les bois de l'abbaye des Chazes ; - lettres adressées à M. Antoine, de Versailles, par sa femme et sa fille, le félicitant du succès de sa chasse ; - procès-verbal (imprimé) fait en présence de Madame de Lugeac, abbesse de l'abbaye des Chazes en Auvergne, de M. Lafont, de M. Pic, curé de cette paroisse, des sieurs Pélissier, Regnauld et Dumoulin, gardes-chasse de la capitainerie royale de Saint-Germain-en-Laye, des sieurs Lesteur et Lachenay, gardes-chasse de S. A. S. Mgr le duc de Penthièvre, et des sieurs Lafeuille et Berry, valets de limiers de l'équipage de la Louveterie du roi, concernant la mort de la louve blessée par le sieur Regnault et tuée par deux paysans de Langeac, à environ vingt pas de l'endroit où M. Antoine avait tué le grand loup ; - correspondance de l'intendant avec le duc de Choiseul, le contrôleur général, MM. Bertin et de Saint-Florentin ; M. de Ballainvilliers adresse à M. de Saint-Florentin le portrait de l'aniaml ; M. de Saint-Florentin annonce qu'il l'a fait voir au roi et remercie ; - lettre de M. Antoine à l'intendant, datée de Versailles le 28 décembre 1765.

          Dates extrêmes : 1765
          Importance matérielle : 58 pièces, papier.

        • 1 C 1737     1765  : traque de la "bête du Gévaudan", dépenses.
          113 vues  - 1765  : traque de la 'bête du Gévaudan', dépenses.- Ouvre la visionneuse
          Présentation du contenu :

          Pièces justificatives des dépenses faites par MM. Antoine, Lafont, de Montluc, etc. ; - ordonnances de l'intendant ; - correspondance de l'intendant avec ses subdélégués, le contrôleur général : M. d'Ormesson ; - pièces relatives à l'embaumement du grand loup par M. Jaladon.

          Dates extrêmes : 1765
          Importance matérielle : 110 pièces, papier.

        • 1 C 1738     1765-1766  : traque de la "bête du Gévaudan".
          75 vues  - 1765-1766  : traque de la 'bête du Gévaudan'.- Ouvre la visionneuse
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. Fournier, curé de La Besseyre-Saint-Mary, du 6 décembre 1765, racontant la lutte soutenue contre la bête par deux drôles de sa paroisse, l'un âgé de 6 à 7 ans, l'autre de 13 à 14 ; - lettre de M. Ollier, curé de Saint-Sébastien de Lorcières, chanoine de Sainte-Geneviève, du 28 décembre 1765, prétendant que l'on n'a pas tué l'animal qui avait fait tant de ravages ; la bête a dévoré le 21 décembre Agnès Mourgues, de la paroisse de Lorcières, âgée de 12 ans ; - correspondance à ce sujet de l'intendant avec MM. D'Ormesson et de L'Averdy ; - lettre de M. de Montluc, du 26 janvier, au sujet des nouvelles adressées par le curé de Lorcières ; - nouvelle lettre de M. Ollier à l'intendant, du 7 février 1766, au sujet des reproches que lui a faits M. de Montluc d'avoir envoyé au ministre une relation des accidents survenus dans sa paroisse ; - réponse de l'intendant ; - procès-verbal des blessures reçues par Jeanne Delmas, le 14 février 1766 ; - procès-verbal de la mort d'une petite fille de 6 ans, de la paroisse de Clavières ; - lettre de M. Gibergues, curé de Clavières, du 26 avril 1766, donnant la description d'une seconde bête qui a paru dans sa paroisse ; - lettres de M. de Boissieux, au sujet de deux enfants attaqués par la bête à Pinols et Desges ; - "Relation sincère et exacte des évènements fâcheux qui sont arrivés pendant le cours de l'année 1765, par la bête féroce dans la paroisse de Lorcières, diocèse et élection de Saint-Flour" par M. Ollier, curé de Lorcières ; - "Description de l'antropophage ou de l'animal féroce qui désole et ravage le païs des frontières du Gévaudan et d'Auvergne que l'on caractérise de monstre en sa nature" par le même M. Ollier.

          Dates extrêmes : 1765-1766
          Importance matérielle : 29 pièces, papier.

        • 1 C 1739     1765-1767 .
          Présentation du contenu :

          Lettre de M. de L'Averdy, contrôleur général, du 10 décembre 1765, adressant à l'intendant, pour le répandre dans sa province, un mémoire "où l'on a rassemblé" la "recette et le développement de trois différens secrets ou procédés qui ont été emploiés avec succès contre les loups" ; - secret pour empoisonner les loups sans aucun risque pour tout autre animal (notices imprimées) ; - correspondance de l'intendant avec ses subdélégués.

          Dates extrêmes : 1765-1767
          Importance matérielle : 12 pièces, papier.

        • 1 C 1740     1766-1788 .
          Présentation du contenu :

          Lettre anonyme adressée à l'intendant d'Auvergne, du 27 juillet 1766, au sujet du loup qu'on a vu du côté de Brioude ; - lettre de M. d'Ormesson, du 1er juillet 1767, renvoyant à M. de Ballainvilliers une lettre par laquelle le sieur Dumont, demeurant à Marsac, représente que les loups viennent enlever les enfants jusqu'aux portes des villages ; M. Dumont demande qu'on l'autorise à se mettre à la tête d'une petite troupe choisie ; - lettre de l'intendant, du 17 juillet 1767, annonçant l'arrivée de cinq gardes-chasse de S.M. envoyés pour détruire les loups qui ont recommencé leurs ravages dans le Gévaudan et sur les frontières de l'Auvergne ; - lettre du sieur Gravois de Saint-Lubin, maître de mathématiques à Versailles, le 6 avril 1768, se plaignant que le sieur Antoine s'est servi pour détruire la bête du Gévaudan d'un secret inventé par ledit Gravois et qu'il avait communiqué à la Cour dès le mois de mai 1765 ; M. Gravois demande à l'intendant d'Auvergne de faire faire une enquête sur les lieux ; - arrêt du Conseil d'Etat, du 15 janvier 1785, portant règlement pour les chasses aux loups (Paris, impr. royale, in-4°, 7 pages) ; - lettre de M. Chauvassaignes, du 25 août 1786, sur les ravages que font les loups dans les montagnes du canton de Thiers ; ordonnance de l'intendant prescrivant une battue ; - ordonnance du roi, du 14 mai 1788, concernant les battues pour la destruction des loups ; suivie d'ordonnance de l'intendant (placard, Antoine Delcros).

          Dates extrêmes : 1766-1788
          Importance matérielle : 9 pièces, papier ; 1 placard conservé sous la cote 62 Fi 362.

        • 1 C 7571     1764-1788 (supplément).
          Présentation du contenu :

          1-3. Lettre de M. Mignot, subdélégué à Thiers, sur le traitement des malades mordus le 17 janvier 1764 par une louve enragée, 19 février 1764 ; mémoire des chirurgiens de Thiers sur l'état dudit Bechon, 20 février ; lettre d'un secrétaire de l'intendant invitant M. Mignot à faire donner aux malades les secours dont ils auront besoin, 2 mars. - 4-6. Arrêt du Conseil d'Etat portant règlement pour les chasses aux loups, 15 janvier 1785 (Paris, impr. royale, in-4°, 7 pages) ; lettre d'envoi par M. d'Haussonville ; accusé de réception. - 7-12. Lettre du baron de Breteuil sur la demande de l'assemblée provinciale d'Auvergne d'être autorisée à indiquer trois dimanches du printemps et autant de l'automne pour des battues générales de loups dans la province ; M. de Breteuil demande l'avis de l'intendant, 2 mai 1788 ; l'intendant répond qu'il n'y voit aucun inconvénient, mais qu'aux termes de l'arrêt du Conseil du 15 janvier 1785 ces battues doivent être ordonnées par lui ; ordonnance du Roi concernant les battues pour la destruction des loups, 14 mai 1788, suivie d'ordonnance de l'intendant, 20 mai 1788 (placard, Antoine Delcros) ; lettre d'envoi ; accusé de réception. - 13-15. Correspondance de M. de Villedeuil et de l'intendant au sujet de l'ordonnance ci-dessus mentionnée, décembre 1788.

          Dates extrêmes : 1764-1788
          Importance matérielle : 15 pièces, papier.