Documents du mois archivés

Janvier 2018

Voir toutes les images (3)

Blaise Pascal

Le 17 avril 1653, alors qu’il est à Clermont, Blaise Pascal (1623-1662) signe une quittance permettant de restituer l’argent de son cochet, Nicolas Rave. 

 

« Je reconnais que Monsieur Domat m’a rendu les espèces cy-dessous, que monsieur son fils avoit voulu prendre la peine de retirer et chercher à Paris dans mon escurie rue Baubour, où mon cocher Nicolas Rave l’avoit caché, et qu’il a trouvée en présence de Madame Pinel et de Monsieur Chanflour, suivant le mémoire que ledit cocher en avoit donné à mondit sieur Domat, lesquelles espèces sont, scavoir, unze louis d’or, deux demy-louis d’or, un double louis d’or, un escu d’or, vingt-quatre louis d’argent et quatre demy-louis d’argent, le tout revenant à la somme de deux cent soixante-cinq livres quatre solz ; comme m’ayant rendu ladite somme de IIc LXVlt IIIIs,il m’a rendue en mêmes espèces, et laquelle j’ai incontinent délivrée audit Nicolas Rave suivant son certifficat cy-dessous. A Clermont, ce 17 apvril M VI c cinquante-trois.»

L’acte, rédigé de la main même de Pascal, est conservé dans les minutes de maître Maliardon, notaire à Clermont entre 1639 et 1679 (cote aux Archives départementales : 5 E 20/94). Il explique que l’avocat Jean Domat, ami proche de Pascal, s’est rendu à Paris pour récupérer une somme d’argent préalablement enfouie dans l’écurie de la demeure de Pascal. Cet argent appartenant à son cocher, Nicolas Rave, avait été dissimulé par ses soins, sans doute par suite des agitations liées à la Fronde et perpétrées à Paris à l’été 1652.

L’argent est retrouvé grâce à un mémoire de Nicolas Rave en présence de deux témoins, Monsieur de Champflour et Madame Pinel. Cette dernière avait la garde de la demeure parisienne de Pascal. Le  séjour de ce dernier, à Clermont semble avoir débuté avant le 6 novembre 1652, date à laquelle il signe le remboursement d’un prêt consenti aux consuls de Montferrand et où il fait mention de la succession de son père (cote : 3 E 113 DEP II CC 518). Nicolas Rave l’a suivi à Clermont où il finit par rentrer au service de l’évêque.

L’argent n’est pas remis des mains mêmes de l’avocat, mais de son père, lui-même nommé Jean Domat.  Un deuxième acte, rédigé cette fois par un clerc de notaire, fait suite pour compléter la quittance de Pascal :

«  A esté présent en sa personne Nicolas Rave, cocher, demeurant à présent chez Monseigneur l’évesque de Clermont, lequel de son gré et bonne volonté, confesse avoir eu et reçu présentement et comptant de Blaise Pascal, escuyer, résidant en la présente ville, absent près le notaire, la somme de deux cent soixante-cinq livres quatre solz audit sieur Pascal livrée par l’ordre d'honorable homme M. Jean Domat, bourgeois en cette ville, suivant et conformément la quittance cy-dessus et pour les causes y contenues  (…) »

Ce document exceptionnel (il existe peu de documents autographes de Pascal) révèle plusieurs éléments sur sa vie. Selon son biographe Jean Mesnard, « il permet de saisir concrètement la présence de Pascal à Clermont en avril 1653, et confirme la réalité d’un voyage sur lequel nos renseignements étaient fort maigres. Il ouvre de précieux aperçus sur la vie menée à Paris par celui qui, alors, était engagé fort avant dans le monde. La demeure de la rue Beaubourg [à Paris] avait été signalée, mais rien ne laissait penser qu’elle comportât une écurie. Nous ne savions pas que Pascal eût un cocher à son service, c’est-à-dire qu’il possédât un carrosse, indice de grand train de vie. »

 

Pour en savoir plus

 

Blaise Pascal. Textes inédits, recueuillis et présentés par Jean Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, 1962, 2 BIB 9911.

Blaise Pascal. Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Jean Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, 1970, t. II, 2 BIB 1705.

 


Quittance signée par Blaise Pascal, fonds des minutes notariales de Maître Jacques Maliardon, notaire à Clermont-Ferrand, 17 avril 1653, 5 E 20/94