Antoine Guillemot, chasseur de papillons

Entré en 1928 aux Archives départementales, le fonds Guillemot recèle quelques documents remarquables autant qu’inattendus : ceux d’Antoine Guillemot, entomologiste aux « goûts bizarres », comme il se définissait lui-même. Ils apportent des connaissances sur la science entomologique au XIXe siècle, et sur la population des papillons du Puy-de-Dôme.


 (jpg - 6419 Ko)

Première version manuscrite du « Catalogue des lépidoptères du département du Puy-de-Dôme » (décembre 1850), 2 F 360


Antoine Guillemot naît le 11 novembre 1822 dans une famille de négociants de Thiers. Après des études au collège de cette ville, il entre au Petit-séminaire de Clermont en 1835, puis étudie une année au Grand-séminaire. Ne souhaitant pas s’engager dans la vie sacerdotale, il prépare le baccalauréat en candidat libre ; suite aux oppositions du recteur, il abandonne finalement les études pour exercer le commerce  à Thiers.  


Surnommé « Papillon », Antoine Guillemot s’est intéressé à l’entomologie dès son enfance. Parallèlement à sa collection de spécimens collectés pour l’essentiel dans les environs de Thiers, il prend de nombreuses notes avec une rigueur toute scientifique. Ainsi ses journaux de chasse, intitulés « Souvenirs entomologiques » couvrent douze années de 1850 à 1861. Il réunit également une collection de spécimens de l’Europe entière grâce à des échanges avec d’autres entomologistes. À cette occasion, il correspond avec de nombreux savants, et prodigue notamment ses conseils au jeune Charles Oberthür, qui constituera une des plus grandes collections mondiales de papillons. Antoine Guillemot est également l’auteur d’un Catalogue des lépidoptères du Puy-de-Dôme.


Pour des raisons médicales, Antoine Guillemot est contraint de diminuer peu à peu son activité de naturaliste (il vend sa collection dans les années 1864-1865) pour s’initier à la photographie ; il se consacre à des études historiques dès 1861. C’est avec la même passion et la même rigueur qu’il étudie d’abord la généalogie, puis à l’histoire locale de Thiers. Il publie de nombreux articles dans le Bulletin de l’Académie de Clermont-Ferrand et il est même nommé archiviste bibliothécaire municipal adjoint de la ville de Thiers en 1877.

Antoine Guillemot décède en 1902 sans descendance. Son neveu, le docteur Gabriel Guillemot hérite de ses papiers qui entrent à son décès aux Archives départementales. Fonds relativement important, il reflète les passions et les sujets d’intérêts d’un historien entomologiste et photographe éclairé du XIX e siècle.


Bibliographie

François Fournier, Antoine Guillemot, entomologiste thiernois, Clermont-Ferrand : Revoir, 2015. 

 


Première version manuscrite du « Catalogue des lépidoptères du département du Puy-de-Dôme » (décembre 1850)

Arch. dép. Puy-de-Dôme, Fonds Guillemot, 2 F 360




Retour haut de page